158 articles – 1995 Notices  [english version]
HAL : tel-00105637, version 1

Fiche détaillée  Récupérer au format
Université Paris-Diderot - Paris VII (13/09/2006), Andrea GOLDWURM (Dir.)
Etude des émissions à haute énergie des trous noirs stellaires accrétants
Marion Cadolle Bel1, 2, 3
Satellites dans les rayons X et gamma : INTEGRAL, XMM-Newton, Rossi-XTE Collaboration(s)
(13/09/2006)

La présente thèse porte sur l'étude de plusieurs systèmes binaires X accrétants contenant un trou noir stellaire (avéré ou potentiel) à travers les propriétés spectrales et temporelles de leurs émissions à haute énergie entre 3 keV et 1 MeV, éventuellement agrémentées d'observations dans les domaines radio, proche infrarouge et visible. La première partie est consacrée à la physique de l'accrétion, aux enjeux qu'elle représente et modélisations qui en découlent pour expliquer le rayonnement perçu. Je détaille dans une deuxième partie les instruments à bord d'INTEGRAL dont les trois instruments principaux utilisent les techniques d'imagerie à masque codé. Ensuite, je présente les procédures d'analyses de données avant de montrer mon apport personnel à l'amélioration des logiciels existants et à la création d'outils informatiques spécifiques à mes analyses. Dans une quatrième partie, je présente mes analyses et interprétations sur les observations de plusieurs sources binaires X à trou noir, judicieusement déterminées et choisies : Cygnus X-1, trou noir confirmé persistant étudié depuis de nombreuses années ayant surpris par un excès haute énergie détecté ; deux sources transitoires nouvelles et intéressantes, XTE J1720-318 située dans le centre galactique et SWIFT J1753.5-0127, plus probablement localisée dans le halo. Je détaille ensuite mes analyses sur H 1743-322, identifiée grâce à INTEGRAL avec une source découverte par HEAO en 1977, et sur trois microquasars presque persistants à jets superluminiques, 1E 1740.7-2942, GRS 1758-258 et GRS 1915+105. J'analyse les liens entre les paramètres spectraux et leurs changements lors des transitions entre états. Je discute la présence de deux milieux émetteurs de rayons X/gamma, de géométrie relative changeante. Pour GRS 1915+105, j'établis un cycle probable ordonné dans la succession de ses variabilités pendant dix années et je propose une interprétation compatible avec les prédictions du modèle d'Instabilité d'Accrétion-Ejection. En conclusion, je commente ces résultats spectro-temporels dans le cadre de modèles théoriques expliquant les phénomènes observés et déduis certaines limites à notre compréhension générale des systèmes binaires X. Je décris ce qu'apportent deux nouveaux phénomènes observés et termine par mes perspectives de recherches.
1 :  SAp - Service d'Astrophysique
2 :  ESAC - European Space Astronomy Centre
3 :  APC - UMR 7164 - AstroParticule et Cosmologie
APC - AHE
Planète et Univers/Astrophysique

Physique/Astrophysique/Cosmologie et astrophysique extra-galactique

Planète et Univers/Astrophysique/Cosmologie et astrophysique extra-galactique
physique des trous noirs stéllaires accrétants – novae X – systèmes binaires X – étoiles compagnons – observations – rayons gamma – rayons X – radio – infrarouge – visible – accrétion – disque – processus de comptonisation – réflexion – raies du fer – rayonnements thermiques et non thermiques
Liste des fichiers attachés à ce document : 
PDF
corps.pdf(10.7 MB)
PS
corps.ps(48.6 MB)