s'authentifier
version française rss feed
HAL : tel-00001401, version 1

Fiche concise  Récupérer au format
La Spectroscopie laser appliquée à la physique nucléaire
Le Blanc F.
HDR. Université Paris-Diderot - Paris VII (05/04/2001), XXX xxx (Pr.)
[oai:tel.archives-ouvertes.fr:tel-00001401] - http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00001401
La Spectroscopie laser appliquée à la physique nucléaire
François Le Blanc1
1 :  IPNO - Institut de Physique Nucléaire d'Orsay
http://ipnweb.in2p3.fr
CNRS : UMR8608 – IN2P3 – Université Paris XI - Paris Sud
IPN - 15, rue Georges Clemenceau - 91406 ORSAY CEDEX
France
HDR
05/04/2001
L'étude de la forme du noyau atomique est un sujet fondamental puisqu'elle constitue un excellent laboratoire pour tester et valider les différents modèles nucléaires. La mesure du moment quadrupolaire électrique et du rayon de charge nucléaire (signant tous deux la forme du noyau) et du moment dipolaire magnétique, apporte des renseignements précieux pour déterminer la structure nucléaire. En particulier, les valeurs des moments magnétiques sont importantes à caractériser car elles sont fortement liées au degré de pureté des fonctions d'onde décrivant une configuration nucléaire donnée. La spectroscopie atomique, et plus particulièrement la spectroscopie laser, est un moyen précis et inhabituel pour caractériser des observables liées à la forme du noyau : on extrait la variation du rayon de charge entre deux noyaux à partir du déplacement isotopique et le moment quadrupolaire à l'aide de la structure hyperfine ; on observe le noyau à partir du cortège électronique. Depuis plus de 10 ans, nous avons fondé un groupe de spectroscopie laser à l'IPN d'Orsay en collaboration avec le Laboratoire Aimé Cotton d'Orsay, l'université McGill à Montréal et l'Institut de Physique de Mayence. Nous avons ainsi construit un système expérimental baptisé PILIS à Orsay puis COMPLIS au CERN pour étudier la forme des noyaux loin de la vallée de stabilité. Grâce aux résultats obtenus avec cet ensemble expérimental, 7 thèses (une canadienne, trois allemandes et deux françaises) ont été soutenues sur les noyaux d'or, de platine et d'iridium. Un développement du système et une nouvelle de mesure sur les noyaux d'étain riches en neutrons viennent de débuter et doivent faire l'objet d'une nouvelle thèse.
NIL
Physique/Physique Nucléaire Théorique

Université Paris-Diderot - Paris VII
IPNO-T-01-03
Français

XXX xxx

Physique de la matiere nucléaire – Structure nucléaire
05/04/2001
Université Paris-Diderot - Paris VII
XXX xxx
Liste des fichiers attachés à ce document : 
PDF
tel-00001401.pdf(715.3 KB)