s'authentifier
version française rss feed
HAL : tel-00003303, version 1

Fiche détaillée  Récupérer au format
Université Claude Bernard - Lyon I (13/12/2002), Chanfray Guy (Dir.)
Approximation des phases aléatoires self-consistante dans l'étude de la superfluidité des systèmes fermioniques
Aziz. Rabhi1
(13/12/2002)

L'approximation de la phase aléatoire auto-cohérente (SCRPA) est une méthode qui permet d'inclure dans la théorie de champ moyen des corrélations dans l'état fondamental et les états excités. Elle constitue alors une méthode de type champ moyen pour les fluctuations quantiques. Elle a l'avantage de ne pas violer le principe de Pauli, contrairement à la RPA standard. qui, elle, est basée sur l'approximation dite de quasi-bosons. De plus, la SCRPA peut être formulée à partir d'un principe variationnel.
Nous présentons la méthode SCRPA pour la description de la superfluidité dans les systèmes de fermions en utilisant sa version Quasi-particule (SCQRPA). Une étude détaillée de la transition de phase normale/superfluide ainsi que une discussion du mode mou qui enclenche la brisure de symétrie nombre de particules sont présentées. Comme application, nous avons traité le modèle d'appariement à deux niveaux qui est un modèle exactement soluble. Des bons résultats sont obtenus en comparaison avec les résultats exacts. La nature du mode spurieux dans la SCQRPA est identifiée. Une forte réduction de la fluctuation du nombre total de particules dans la SCQRPA par rapport à la méthode BCS est établie. La transition de la phase superfluide à la phase normale est soigneusement étudiée. Une nouvelle méthode de calcul des nombres d'occupation est présentée.
Le succès de la méthode SCQRPA est aussi présent dans le cas d'un modèle mélangeant fermions en bosons tel que le modèle de Da-Providencia-Schütte. Il subsiste cependant un problème concernant le mode spurieux qui doit être encore approfondi.
Dans le cas du modèle de la séniorité, on montre que la méthode SCQRPA permet d'une manière naturelle de restaurer la symétrie (nombre de particules) brisée au niveau de l'approximation de champ moyen. Ceci est réalisé par l'introduction d'un second paramètre de Lagrange qui fixe la variance de l'opérateur de symétrie à zéro. Cette caractéristique importante de la méthode SCQRPA est signalée pour la première fois.
1 :  IPNL - Institut de Physique Nucléaire de Lyon
Physique/Physique mathématique
Problème à N corps – Approximation de champ moyen – RPA – Quasi-particule RPA auto-cohérente – Superfluidité nucléaire – Restauration de symétrie – Transition de phase – Modèle d'appariement à deux niveaux – Modèle de la séniorité – Modèle boson-ferrnion de Da-Providencia-Schütte
Liste des fichiers attachés à ce document : 
PDF
tel-00003303.pdf(1.4 MB)