s'authentifier
version française rss feed
HAL : tel-00007092, version 1

Fiche détaillée  Récupérer au format
Université Paris Sud - Paris XI (06/07/2004), Jaffre M. (Dir.)
Recherche de particules supersymétriques dans les canaux dimuons avec le détecteur D0 au TeVatron
Tuan Vu Anh1
D0 Collaboration(s)
(06/07/2004)

Le Modèle Standard de la physique des particules décrit les particules élémentaires et leurs interactions fondamentales. Malgré tous ses succès expérimentaux, ce modèle ne peut être la théorie ultime du domaine. La supersymétrie offre une possibilité attirante pour élargir le Modèle Standard. La théorie de la supersymétrie prédit l'existence de nouvelles particules dites supersymétriques qui n'ont pas encore été découvertes. Le sujet de cette thèse est la recherche de certaines d'entre elles, appellées les squarks et gluinos, dans le détecteur D0 au collisionneur TeVatron. La désintégration en cascade de ces particules peut conduire à deux muons dans l'état final. Elle est également caractérisée par la présence d'au moins deux jets de hadrons et de l'énergie transverse manquante. C'est la signature retenue dans cette thèse. L'analyse a été effectuée sur un premier lot de données prises au Run II. J'ai étudié les propriétés des événements de différentes topologies et les ai comparées entre les données réelles et simulées, en particulier pour une paire de muons venant du boson Z, une source de bruit de fond majeure. Une autre source, la contribution dite QCD, est estimée directement à partir des données réelles. Pour maximiser la séparation entre signal physique et bruit de fond, j'ai utilisé des variables discriminantes comme la masse invariante de la paire de muons, l'énergie transverse manquante et la somme scalaire de l'énergie transverse des jets dans l'événement. Les coupures sur ces variables sont optimisées en minimisant la limite attendue sur la section efficace du signal. Avec 170 pb-1 de luminosité accumulée par l'expérience D0, aucune indication de production de squarks ou de glumes n'a été détectée. Une nouvelle limite inférieure sur La masse de ces objets est ainsi obtenue. Une étude préliminaire sur le taux de jets mal identifiés comme électrons a été également faite. Cette étude peut être considérée comme la préparation à la recherche de squarks et gluinos dans les canaux dileptoniques avec au moins un électron présent, qui permettrait d'étendre la sensibilité de l'analyse.
1 :  LAL - Laboratoire de l'Accélérateur Linéaire
Physique/Physique des Hautes Energies - Expérience
D0
Liste des fichiers attachés à ce document : 
PDF
tel-00007092.pdf(20.4 MB)