1022 articles – 5270 Notices  [english version]
HAL : tel-00010685, version 1

Fiche détaillée  Récupérer au format
Université Claude Bernard - Lyon I (30/05/2005), Grossiord J.-Y. (Dir.)
Les résonances de quarks lourds comme sonde du plasma de quarks et de gluons : optimisation du spectromètre à muons de l'expérience ALICE et étude de la production du J/$\psi$ dans l'expérience NA60
Philippe Pillot1
ALICE and NA60 Collaboration(s)
(30/05/2005)

L'étude de la production des résonances de quarks lourds, telles que le J/$\psi$ (résonance) et $c\bar(c)$l'$\Upsilon$ (résonance $b\bar(b)$), est un des moyens employés pour mettre en évidence la formation d'un plasma de quarks et de gluons dans les collisions d'ions lourds ultra-relativistes. Expérimentalement, ces résonances peuvent être détectées au travers de leur canal de désintégration en deux muons, grâce à un spectromètre. La résolution optimale d'un spectromètre à muons ne peut être atteinte que si la position des différents plans de détection qui le composent est connue avec une très grande précision. La première partie du travail effectué dans cette thèse porte sur la conception et la caractérisation des performances du système de contrôle de la géométrie du spectromètre à muons de l'expérience ALICE auprès du LHC. Ce système, composé de plusieurs centaines d'appareils optiques de type RASNIK, permet de mesurer les déplacements et les déformations des chambres de trajectographie avec une précision meilleure que la centaine de microns. Grâce à son spectromètre à muons associé à un télescope à vertex, l'expérience NA60 étudie la production des dimuons dans les collisions d'ions lourds auprès du SPS au CERN. La seconde partie du travail présenté dans cette thèse porte sur l'analyse des données collectées en collision indium-indium à 158 GeV/c/nucléon. En particulier, le taux de production du J/$\psi$ ainsi que ses distributions en impulsion transverse et en masse transverse sont étudiés en fonction de la centralité de la collision. Les différents résultats issus de cette analyse sont finalement comparés à ceux obtenus par les expériences NA38 et NA50, permettant ainsi d'améliorer notre compréhension du déroulement d'une collision d'ions lourds ultra-relativistes.
1 :  IPNL - Institut de Physique Nucléaire de Lyon
Physique/Physique des Hautes Energies - Expérience
Liste des fichiers attachés à ce document : 
PDF
tel-00010685.pdf(5.2 MB)