782 articles – 3159 Notices  [english version]
HAL : tel-00001205, version 1

Fiche détaillée  Récupérer au format
Université de Savoie (22/04/1999), MINARD Marie-Noelle (Dir.)
Mesures des sections efficaces et des asymétries difermioniques avec le détecteur Aleph à LEP2 - Interprétations au-delà du Modèle Standard
Elsa MERLE1
(22/04/1999)

Alors que la première phase du collisionneur LEP a permis d'étudier le
secteur électrofaible à la masse du boson Z avec une très grande
précision, la seconde phase de LEP s'est déroulée à des énergies
dans le centre de masse de 130 à 189 GeV à l'heure actuelle.
Ces énergies atteintes à LEP2 permettent de tester précisement le
Modèle Standard sur une large échelle en énergie, au-delà du pic du
boson Z. Dans ce cadre, le travail effectué dans cette thèse concerne
l'étude des processus e+e- -> ff à partir des données enregistrées par
le détecteur Aleph de 1995 à 1998, avec une luminosité intégrée de 500pb-1.

Les sélections des productions de paires de muons, de taus et d'électrons,
ainsi que des événements hadroniques, sont développées dans ce
mémoire. Les incertitudes systématique sont étudiées en détail et
sont à présent du même ordre de grandeur que les erreurs statistiques,
soit entre 0.6% pour les di-électrons et 3.5% pour les dimuons.
Les mesures des sections efficaces di-fermioniques et des asymétries
di-leptoniques dérivées de ces sélections sont en bon accord avec les
prédictions du Modèle Standard ; cependant les prédictions restent la
source principale d'incertitudes, en particulier en ce qui concerne les
contributions des ordres supérieurs.

Ces sections efficaces et asymétries sont sensibles à l'interférence
avec de possibles nouveaux canaux, par exemple à l'existence de
nouvelle physique intervenant à des énergies supérieures à celles
étudiées. Aucune déviation significative n'étant vue entre les
mesures di-fermioniques avec les prédictions, des limites indirectes sur
ces phénomènes au-delà du Modèle Standard sont obtenues. Dans le
cadre des termes de contact à quatre fermions, des limites inférieures de
7 à 15 TeV ont été mises sur les échelles en énergie de nouvelle
physique. En considérant l'échange de nouvelles particules, les masses
des leptoquarks ont été contraintes jusqu'à 710 GeV/c^2 pour les
leptoquarks et 590 GeV/c^2 pour les leptoquarks vecteurs ; et des limites ont
été placées sur les masses de sneutrinos avec violation de la
R-parité, de quelques centaines de GeV/c^2 pour de grandes valeurs de leur
couplage de Yukawa.
1 :  LAPP - Laboratoire d'Annecy le Vieux de Physique des Particules
Physique/Physique des Hautes Energies - Expérience
Liste des fichiers attachés à ce document : 
PS
tel-00001205.ps(12.5 MB)
PDF
tel-00001205.pdf(6.4 MB)